Placement urgent
Placement urgent
Blogue

Les termes RI, CHSLD, ISO SMAF, TS, CLSC, CISSS, CIUSSS, vous laissent perplexes ?

None

Cours 101 : jargon des intervenants auprès des proches aidants

Cet article est une courte leçon au sujet des termes de base habituellement utilisés par les intervenants oeuvrant auprès des personnes âgées et de leurs proches aidants. Voyons cela de plus près.

Mise en situation 1

Mme Carole Dubé m’a dit le mois dernier : « Ma mère âgée souffre d’Alzheimer et est suivie par une TS du CLSC. Elle m’a appelé pour me dire que son ISO SMAF est trop bas pour avoir une place en RI. » Mme Dubé a raccroché, confuse.

Que faut-il comprendre de cet entretien ?

Cela signifie que la travailleuse sociale (TS) du centre local de services communautaires (CLSC) a évalué le niveau d’autonomie de sa mère afin d’obtenir une note de classification d’accès aux services et à l’hébergement du réseau de services public (Ce résultat est appelé : cote ISO SMAF). Sa mère est admissible pour recevoir des services d’aide à domicile pour pallier sa perte d’autonomie. Toutefois, pour le moment, elle ne peut pas obtenir une place d’hébergement du réseau de services publics dans un établissement pour une personne semi-autonome, appelé ressource intermédiaire (RI). En RI, les soins prodigués pour les besoins de base sont d’environ 1h30 à 3 heures par jour. Les bénéficiaires sont habituellement capables de marcher, continents et atteints de pertes cognitives légères à modérées, tout au plus.

Mise en situation 2

Mme Aline Côté est aidante naturelle pour son père. Ce dernier vit seul dans sa maison à Montréal. Malgré qu’il soit autonome pour vivre seul, Aline le visite trois fois par semaine depuis la mort de son épouse. Elle fait ses courses et cuisine pour lui, depuis bientôt 15 mois. Elle est toujours inquiète pour son père et craint qu’il ne s’ennuie. Son père voit qu’elle est épuisée et se sent coupable. Il prend alors la décision de vendre sa maison et explique que ce lieu lui rappelle trop de souvenirs en compagnie de sa tendre épouse. Mme Côté appelle au CLSC pour recevoir de l’aide. Un travailleur social lui conseille de trouver elle-même une résidence privée pour son père et lui remet une liste de ressources.

Elle se demande : « Pourquoi le TS du CLSC ne m’aide pas à trouver une résidence pour mon père. Je pensais que le réseau public prenait en charge les ainés ? »

Il faut comprendre que le réseau public gère l’admission dans ses ressources d’hébergements publiques seulement, donc les places dans les RI et CHSLD décrits précédemment. Le grand réseau de résidences privées est parallèle au réseau public. Les familles doivent les contacter de façon autonome, individuellement. Le réseau public n’offre pas de ressources d’hébergement aux personnes autonomes ou en légère perte d’autonomie pour les actes de la vie domestique, comme le père d’Alice.

Mise en situation 3

M. Alain Gingras me décrit sa situation. Sa mère souffre d’Alzheimer et ses atteintes cognitives sont actuellement de niveau modéré. Elle habitait jadis dans sa maison à Saint-Hyacinthe avec son mari. Elle recevait des services à domicile par son CLSC : des services de répit au proche aidant et d’aide aux soins d’hygiène. Son mari, son aidant naturel, est subitement décédé, il y a quelques semaines. Suite à une courte hospitalisation, elle a obtenu une place dans un CHSLD du CISSS Montérégie-Est.

Qu’est-ce que cela signifie?

Le CLSC de Saint-Hyacinthe fait partie du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Est (CISSS). Le terme intégré signifie que plusieurs types d’établissements publics sont regroupés sur un large territoire. Autour de 2015, le réseau public a vécu une grande réorganisation. Le CISSS cité précédemment regroupe maintenant des instituts de services spécialisés, un hôpital, des CLSC et des centres jeunesse, notamment. Certains regroupements utilisent le terme CIUSSS. Le U de l’acronyme fait référence à la mission de formation universitaire permise au sein de leurs établissements. Le regroupement forme, notamment, des étudiants en médecine en les accueillant à titre de résidents. Il forme aussi des stagiaires en travail social et en physiothérapie, par exemple.  

Mise en situation 4

Suite à la perte de son aidant naturel qui permettait une stabilité à domicile, Mme Gingras a obtenu une place en Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD). Ce type d’hébergement accueille des personnes qui vivent une perte d’autonomie qui nécessite trois heures de soins par jour et plus. Ces soins compensent habituellement pour un handicap sévère, une lourde perte de mobilité, de l’incontinence et des troubles cognitifs modérés à sévère.

M. Alain Gingras ajoute que sa mère ne peut plus être suivie par la TS du CLSC car elle vient d’obtenir une place dans un CHSLD privé conventionné à Beloeil. Il se demande si sa mère est hébergée dans un établissement public de qualité ?

Lorsque Mme Gingras recevait des services à domicile, elle avait une travailleuse sociale du CLSC qui lui était assignée : elle et ses proches pouvaient s’y référer pour recevoir du soutien. En changeant d’établissement public, le dossier social de Mme Gingras est automatiquement fermé après 30 jours. La famille Gingras sera dorénavant suivie par la travailleuse sociale du CHSLD, si elle en a besoin. Elle ne peut pas être accompagnée par deux travailleuses sociales du réseau public simultanément. La famille avait tissé un lien pendant trois années avec l’équipe du CLSC et fait maintenant le deuil de ces professionnels dans leur vie.

Les CHSLD privés conventionnés sont des établissements dirigés par des particuliers propriétaires de leur immeuble. Ils obtiennent un permis octroyé par le Ministère de santé et services sociaux (MSSS) les autorisant à gérer un établissement de soins avec des places du réseau public. Ces lits sont au même prix qu’un CHSLDpublic. Les employés sont encadrés par des conventions collectives différentes, mais obtiennent des conditions de travail similaires. La qualité des services est identique : les CHSLD privés conventionnés sont encadrés par les mêmes normes. Les mécanismes d’accès pour obtenir une place et pour porter plainte sont également ceux du réseau public.

Pour toutes questions ou pour obtenir de l’aide pour trouver la résidence qui vous convient, communiquez avec un membre de l'équipe de Bonjour Résidences. Il nous fera plaisir de vous assister.

Contactez-nous 1 844 918-1020.

Pour faire une demande en ligne sur Bonjour Résidences, cliquez ici.

Photo de Julie Mailhot, Travailleuse sociale en pratique privée

Auteur: Julie Mailhot, Travailleuse sociale en pratique privée, spécialisée en évaluation de l’inaptitude